Parcours

Jean-Pierre Armanet commence le piano  dès l'âge de 5 ans. Adolescent, il éprouve très vite le besoin de se  libérer des cadres rigides de l'académisme  .

 

L'improvisation, celle qui permet " d'écouter les doigts qui jouent", devient alors sa véritable démarche musicale.  Il cherche son propre chemin sonore à travers la liberté d'inspiration des grands compositeurs, ses maîtres étant tout à la fois Bach, Monk, Mozart, Ravel ou Steve Reich... Cet éclectisme musical lui sera définitivement indispensable.

 

C'est en suivant aussi le cursus de l'American School of Modern Music de Paris qu'il est conforté  dans l'idée d'une cohabitation "intelligente" entre ses connaissances classiques et les rythmes décalés du jazz.  Cette "mixité" volontaire devient ainsi la marque de fabrique de son travail. 

 

Dans les années 90, ses travaux musicaux sont remarqués par des réalisateurs qui lui commandent alors des musiques pour le cinéma. Quelques années plus tard, Jean-Pierre Armanet devient lui-même réalisateur pour la télévision . La caméra est pour lui un autre moyen d'expression artistique qui permet d'associer images et musique, une sorte " d'envers du décor".  De cette expérience ressortira le besoin récurrent d'une musique nécessairement narrative.

 

Les oeuvres

 

PIECE SYMPHONIQUE 

 

"Hypermnésie"

Mouvement unique pour quatre claviers, clarinettes, cordes et percussions.

Cette pièce symphonique évoque, dans des sonorités angoissantes, la mémoire insoutenable des camps de concentration.

 

PIECES POUR PIANO 

 

"Twins" :

Pièce pour deux pianos en sept mouvements.

 

La rencontre de Jean-Pierre Armanet avec la pianiste Martine Vialatte, premier prix du Conservatoire de Paris , élève de Gabriel Tacchino et interprète des compositeurs contemporains va lui permettre de concrétiser ses projets pour piano. Martine  écoute  son travail et  lui commande "Twins" une pièce en sept mouvements pour deux pianos qui évoque l'attaque des tours jumelles de New York, le 11 septembre 2001.

 

CAHIER AMÉRICAIN.

Ce cahier pour piano réunit 3 sonates .

Dans ce cycle consacré à l'univers ferroviaire moderne, le compositeur explore un mode de transport ultra-répétitif. Enfermé dans son wagon, le voyageur/travailleur est aussi livré au transport "mental" de sa propre personne. A travers des rythmes mécaniques et des couleurs sonores souvent mélancoliques, c'est dans ce petit espace/temps du trajet quotidien que le compositeur cherche à relever des éléments poétiques issus de l'imaginaire de chacun de ces millions d'anonymes que le rail transporte jour après jour. 

 

1/"The "T"  :

Sonate pour piano en quatre mouvements.

Cet opus en quatre tableaux illustre les trajets quotidiens d'un  américain ordinaire dans le métro de Boston.

Ce travail a également été créé par Martine Vialatte au Festival de Vence.

 

2/"At the MoMA " :

Sonate pour piano en trois mouvements.

Jean-Pierre Armanet  ajoute  au "Cahier Américain" la sonate en trois mouvements "At the MoMA "  Comme un écho aux "Tableaux d'une exposition" de Modeste Mussorgsky , une sonate pour piano qui évoque les interrogations d'un visiteur devant les oeuvres présentées.

 

/ "Commuter Trains " :

Sonate pour piano en sept mouvements.

En 2016 également, Jean-Pierre Armanet ferme le cycle du  "Cahier Américain" avec "Commuter Trains " évocation sonore du trajet ferroviaire quotidien d'un banlieusard dans une mégalopole américaine.

Répétition, spleen, solitude et écoulement implacable du temps...

 

 

ORATORIOS 

"Lampedusa, Oratorio des Migrants":

Opus en 21 tableaux pour piano, choeur et percussions.

Interpellé par la tragédie des migrants, Jean-Pierre Armanet répond à une commande d' Isabelle Genin, chef de choeur au Carré des Arts de la Celle Saint-Cloud et compose pour son ensemble choral "Clodoald" un opus en 21 tableaux: "Lampedusa, Oratorio des Migrants"  dont il rédige également le livret. L'oeuvre pour piano, choeurs d'adultes et enfants est créée le 20 Mars 2016, avec la pianiste  coréenne Yu Mi Kwon et  la récitante Juliette Armanet .

 

"Si Haïti mourait"

Opus en 20 tableaux pour orchestre, percussions, voix d'enfants et coryphée. Livret de l'académicien Dany Laferrière.

Parallèlement, Jean-Pierre Armanet achève un autre Oratorio convoquant la mémoire des victimes du tremblement de terre d'Haïti le 12 janvier 2010 : "Si Haïti mourait"

Dans cette oeuvre singulière, le compositeur propose au choeur de chanter sans paroles toute la palette d'émotions liée au déroulement de la catastrophe, juste comme un souffle musical tragique. Des cris, des pleurs mais aussi des mélodies d'espoir...  Un coryphée, le comédien Jean-Michel Martial dit les textes de l'académicien haïtien Dany Laferrière, cependant qu'à l'orchestre classique, s'ajoutent des instruments natifs des Caraïbes.

Ce travail qui est en cours de post-production servira de bande-son pour proposer un ballet contemporain.

 

LES SONATES POUR DEUX INSTRUMENTS

 

 "Suite Urbaine":

15 pièces pour piano et saxophone(s).

Du vagabond new-yorkais au livreur de Buenos Aires , du chauffeur de car indien à Calcutta au griot de Dakar , chaque lieu du monde possède son rythme, ses sonorités, son pouls intime et son représentant le plus emblématique.  La  "Suite Urbaine"  est actuellement en cours de répétition.

 

 "Un Bestiaire pour deux" :

12 pièces pour piano et clarinette basse

A la suite de sa rencontre avec Vincent Penot, clarinette basse solo de l'orchestre de l'Opéra de Paris, Jean-Pierre Armanet écrit le "Bestiaire pour deux" pour piano et clarinette, pièces destinées au jeune public.  Les répétitions avec la pianiste Célia Onetto Bensaïd sont en cours.

 

"Minuscules" :

7 pièces pour piano et flûte traversière

"Minuscules" , suite de 7 pièces pour piano et flûte traversière est un cahier dédié au flûtiste et ami Yann Le Corre . Les pièces seront crées et éditées dans le courant de l'année 2017.

 

BALLET

"Roméo et Juliette (93)" en cours d'écriture.

Le futur  ballet contemporain en 5 actes "Roméo et Juliette (93)"  est en cours d'achèvement. Inspiré par son propre documentaire  sur la boxe amateur à Aubervilliers pour France-Télévisions, le compositeur décline le mythe autour d'un ring et dénonce les luttes fratricides entre les communautés des banlieues.

 

COURTES PIÈCES

Stabat Mater :

Pour piano et voix.

Après avoir réalisé le documentaire "Profession Diva" pour la télévision sur le travail de  la cantratrice Karine DeshayesJean-Pierre Armanet lui dédie deux  Stabat Mater  pour piano et voix.

 

IMPROVISATIONS

"Comptines de travers"

Pour piano et textes.

Pour ses enfants, le compositeur enregistre  les "Comptines de travers", oeuvre à la pédagogie décalée pour piano et voix.  Avec le concours de comédiens professionnels : la chanteuse et comédienne Juliette ArmanetNoémie Landreauet Yvan Cori sur le thème de la  comptine enfantine. 

 

 

 

 



Avec le soutien de la ville du Pecq.

Avec le soutien de la ville de La Celle-Saint-Coud